Mais pourquoi Facebook lance des smileys qui semblent tout droit venus de MSN ?

Ils sont six.

Le premier, un classique pouce bleu, tourné vers le haut, simple prolongement du « Like » auquel nous étions habitués depuis de longues années.

Le deuxième, un simple cœur cerclé de rouge, censé traduire l’adhésion totale.

Le troisième, un smiley apparemment hilare.

Le quatrième, un smiley très étonné, bouche bée.

Le cinquième, un smiley avec la larme à l’œil.

Le sixième, enfin, un smiley rouge de colère.

Voilà les alternatives que Facebook nous propose au « J’aime » pour « qualifier » notre pensée à la lecture d’un statut.

Ces icônes, dont on imagine qu’elles ont été étudiées et élaborées des mois durant dans les locaux de Facebook, permettent donc aux utilisateurs d’associer leur « like » aux principales émotions qu’on peut ressentir à la vue d’une info, d’un buzz ou d’un simple statut. On imagine déjà fleurir les cœurs quand votre ancienne de collège partagera les photos de son nouveau-né… On voit d’ici défiler les larmes quand un ancien chanteur populaire passera l’arme à gauche. On n’a aucun doute que les conversations politiques entraîneront derrière elles leur lot de smileys colériques…  Ce qu’on comprend un peu moins, c’est pourquoi il a été décidé d’avoir recours à des émoticônes un brin désuètes et infantiles, qui semblent provenir d’un Internet vieux de 10 ans ?

La raison en est simple : Facebook n’a plus vraiment la cote auprès des jeunes, qui privilégient aujourd’hui d’autres médias sociaux, tels qu’Instagram ou Snapchat, davantage tournés vers l’image. Un quart des jeunes Américains (13-17 ans) a ainsi quitté le réseau de Mark Zuckerberg (statistiques à lire ici). Facebook serait-il ringard ?

Du coup, Facebook réagit, et s’est laissé tenter par un petit lifting. Rien de trop radical, ce n’est pas le genre de la boutique. Et pourquoi pas, au fond ? Le fil d’actualité du premier réseau social au monde paraît aujourd’hui presque surchargé par les textes, quand la tendance est à l’épuration et à la sobriété. Les petits smileys, ça fait « jeune ». Ou du moins, ça correspond à l’idée que Facebook se fait des jeunes. On est en droit de se montrer circonspect, et d’avoir l’impression d’être revenu 10 ans en arrière, sur MSN. Question : Facebook va-t-il aussi réinstaurer le Wizz, qui nous agaçait tellement à agiter notre écran dans tous les sens ?

0  commentaire Yucatan, vendredi 26 février 2016
Actualité, Médias sociaux
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contactez-nous
8 avenue du Maine, 75015 Paris
Tél. : +33 1 53 63 27 27

Yucatan, créée il y a plus de 20 ans et dirigée par Evelyne Martin et Caroline Prince, est la première agence de relations médias spécialisée dans la valorisation de l’innovation dans les secteurs de la high-tech, du digital, de l’industrie, du bâtiment et des sciences. L’agence Yucatan participe au développement de la réputation de ses clients. Yucatan vous présente ici son Blog, que vous pouvez suivre en vous inscrivant à la newsletter.