Top

Le Blog

Laurence Lacroix-Khémis : “L’événementiel, un spectacle vivant”

Itinéraire d’une enfant de l’événementiel

Une super expérience”. “C’était top niveau organisation”. “Les activités étaient vraiment originales”. Quand un événement est réussi, ce sont les quelques retours des invités et autres participants. Dans l’ombre, c’est toute l’industrie MICE (Meetings, Incentives, Conferencing, Exhibitions) qui s’active. Un secteur dans lequel j’ai toujours évolué. En dehors d’une infidélité de 2 ans, dans la production musicale, et qui m’a conduite tout droit… à la Franco American Image”.

C’est ainsi qu’en 2002, j’ai rejoint la FAI au poste de directrice de clientèle. Parmi les clients que je suis : Point S Development, Ferrero, Pirelli ou encore Skoda.

Dans l’événementiel, pas de quotidien

Après de nombreuses années dans l’univers de l’événementiel, une chose est certaine : aucune lassitude ne s’est installée. C’est d’ailleurs tout simplement impossible tant chaque entreprise, chaque événement, chaque groupe sont différents. Et c’est encore sans compter sur le mode projet qui caractérise le métier avec des phases très intenses qui succèdent à des phases plus orientées vers les réflexions, et ainsi de suite. La phase de lancement d’un projet est généralement aussi euphorique que sa conclusion !

Aujourd’hui, ce qui continue à m’animer dans mes missions, ce sont les phases d’études : travailler sur une recommandation stratégique, imaginer des concepts d’événements, échanger avec le reste de l’équipe pour en évaluer la faisabilité dans les contraintes calendaires et budgétaires du client, trouver le lieu, mettre au point tous les aspects artistiques, etc.

En d’autres termes, toute la dimension créative et l’organisation globale de l’événement : un peu comme un designer industriel qui, au-delà de l’aspect artistique de son produit, doit être en mesure d’en garantir la faisabilité industrielle. En matière d’événement c’est le même principe !

The show must go on

L’événementiel, c’est du spectacle vivant. Dans lequel en plus, le public est lui-même acteur du spectacle. Pour que la magie opère, il s’agit d’être ultra organisé, et de prévoir l’imprévisible en amont. Pour que tout se passe bien pour les participants, il faut être prêt à tout et savoir réagir au quart de tour lorsqu’un “couac” se présente.

Si le climat fait nécessairement partie des aléas les plus courants, certains événements laissent des souvenirs pour le moins marquants. Comme la mise en place de sanitaires de chantier dans une splendide salle d’une académie militaire russe suite à un redoux brutal ayant entraîné une spectaculaire fonte des neiges, et l’inondation des sous-sols de l’académie, où se trouvaient précisément lesdits sanitaires !

Parfois, heureusement, le soulagement est a posteriori : ce qui a été le cas lorsque nous avons appris que l’hôtel que nous occupions a entièrement été ravagé par un incendie seulement 6 jours après la fin de l’événement.

En bref, l’événementiel n’est pas un long fleuve tranquille mais c’est tout le travail des équipes que l’événement le soit pour les participants. Un métier passionnant, enrichissant et gratifiant !