Top

Articles

[Contre le virus #2] Bactérie Prevotella et Covid-19

Isabelle de Crémoux, Présidente du Directoire de Seventure Partners, relativement sceptique sur les théories en cours

Spécialiste mondialement reconnue de ce secteur, Seventure Partners livre ses réflexions sur les liens potentiels entre le microbiome et Covid-19 et ses doutes au sujet des récentes théories mettant en cause la bactérie Prevotella dans l’aggravation de la maladie.

L’étude du microbiome est une véritable révolution scientifique qui permet de comprendre de multiples maladies chroniques et de développer des traitements médicamenteux et des solutions nutritionnelles et de prévention incroyablement innovants.

Néanmoins, malgré la période dramatique actuelle, il convient de continuer de progresser dans la recherche médicale et nutritionnelle avec les mêmes standards de qualité et d’exigence scientifique qu’avant la pandémie.

Isabelle de Crémoux et son équipe Sciences de La Vie sont reconnues pour être le leader mondial des investissements dans le domaine du microbiome (microbiome intestinal, oral, vaginal, cutané, et pulmonaire, entre autres).

Seventure a regardé les dossiers de plus de 500 entreprises dans le domaine, étudie toutes les publications et tous les brevets autour du microbiome depuis plus de 10 ans, en étant speaker à quasiment tous les congrès traitant du microbiome dans le monde.

Seventure a déjà investi dans une vingtaine de sociétés spécialistes du microbiome et a déjà réuni plus de 200 millions d’euros pour son dernier fonds Health for Life Capital 2 qui est toujours en levée et qui investira dans une vingtaine d’entreprises de ce domaine.

Considérez-vous que le microbiote soit en cause ou joue un rôle dans l’aggravation ou la guérison de la maladie ?

Isabelle de Crémoux, Microbiome et Covid-19

« Si je crois effectivement qu’il y a une part d’infection bactérienne dans l’étape 2 du Covid-19, je pense que la mention d’une interaction directe entre virus et bactérie, qui reste décrite en termes vagues dans les articles qui circulent en ce moment sur le web, ne me semble pas suffisamment étayée. Et tout particulièrement le buzz concernant Prevotella, qui est une bactérie naturellement présente en grande quantité dans les êtres humains. »

« Je considère plus plausible que le virus, en attaquant les cellules épithéliales du poumon et de l’intestin dans la primo infection, réduise fortement l’effet barrière, permettant une élévation des concentrations bactériennes sanguines et tissulaires à partir de ces organes. D’où effectivement les effets parfois violents et l’aggravation des symptômes après une semaine. Les virus respiratoires ont parfois des surinfections bactériennes, surtout avec de la ventilation forcée. D’où aussi les risques plus fort chez les diabétiques, asthmatiques etc. qui ont une barrière fragile pré-infection ».

« Il y a encore peu de recul pour tirer des statistiques sur les malades du Covid-19, mais si le virus interagit avec le microbiote, c’est probablement plus dû à son action directe sur le système immunitaire, mise en évidence in vitro par l’induction d’IL-6 par des fragments purs ou recombinants de virus (sans infection). Le « tonus » immunitaire préexistant, important en en immuno-oncologie, a aussi probablement un effet. Voilà pourquoi, oui, je pense qu’il y a un lien entre Covid-19 et microbiote, mais pas comme le présentent les articles sur Prevotella ».

Parmi les sociétés de votre portefeuille, y en a-t-il qui font actuellement des recherches liées au Covid-19 ?

« Parmi le portefeuille de nos 2 fonds Health for Life Capital 1 et 2, nombreuses sont les sociétés qui ont lancé des programmes de recherches (médicaments, vaccins ou diagnostic) contre le Covid-19, souvent subventionnées par les gouvernements ou associations humanitaires. Elles cherchent plutôt à atténuer les conséquences du virus, renforcer la barrière épithéliale, mieux gérer les patients dans les hôpitaux ou trouver sur le virus des épitopes pour développer des vaccins.»

Share This