IoT – Connecter les poteaux de défense incendie : une réponse à de multiples enjeux

François Paquet, Directeur de l’innovation, Birdz

Avis d’expert par François Paquet, Directeur de l’innovation, Birdz Octobre 2018

L’incendie reste l’une des grandes craintes de la société civile. Régulièrement des feux ravagent des bâtiments, occasionnant dans le meilleur des cas des dégâts matériels considérables et dans le pire, de dramatiques pertes humaines. La protection contre l’incendie est donc un enjeu primordial et ce, que l’on soit en zone rurale ou a fortiori urbaine. Partout en France, comme dans le monde, des pompiers interviennent, parfois au péril de leur propre vie, pour endiguer ces feux et protéger les populations comme les biens. Pour leur permettre d’agir avec efficacité et le plus rapidement possible lorsqu’un incident survient, des équipements indispensables sont disposés sur l’ensemble du territoire : les poteaux incendie. Ces organes de sécurité, si importants, sont pourtant devenus si familiers, que certains en oublient parfois leur utilité première et leur font subir de nombreux outrages : vols d’eau, raccordements illicites et depuis quelques années le « Streetpooling », ces ouvertures sauvages des poteaux incendie visant à créer des jets d’eaux, par des habitants en mal de fraîcheur par temps de canicule. Si ces comportements ont des conséquences évidentes sur la défense incendie, ils peuvent aussi coûter cher, à bien des titres, aux collectivités et occasionner des dommages considérables au réseau d’eau potable. Dans ce domaine, comme dans bien d’autres cas, les objets connectés ont un rôle à jouer et rendre ces poteaux incendie communicants à l’aide de capteurs intelligents permet de répondre à de multiples enjeux.

De multiples usages autour du poteau incendie

Une obligation réglementaire, qui incombe aux maires, impose de disposer des poteaux incendie à proximité des habitations. Obligation leur est faite également de contrôler ces équipements et leur bon fonctionnement, a minima annuellement, afin de s’assurer que, si un incident survient, les pompiers sont en capacité d’assurer la défense incendie dans des conditions optimales et de pouvoir recharger leur citerne ou augmenter le débit de leurs lances en cas d’incendie important ou d’une durée prolongée. A ces contrôles ou actions d’entretien viennent s’ajouter l’entraînement des pompiers eux-mêmes tous les débuts de mois, de possibles interventions du service des eaux puisque ces poteaux s’implantent en général sur le réseau d’eau potable, ou encore des puisages d’eau autorisés de façon ponctuelle et locale comme, par exemple, permettre à un agriculteur d’utiliser le poteau incendie en cas de besoin précis. Et puis il y a les utilisations illicites, vols d’eau, remplissage de piscine, raccordement sauvage pour s’alimenter en eau, Streetpooling….

Or, ces multiples manipulations ne sont pas toujours effectuées dans les règles de l’art, même par des personnes dûment habilitées, ce qui peut avoir des répercussions sur le poteau lui-même bien sûr, mais au-delà sur l’état des conduites et même sur la qualité de l’eau. En effet, des ouvertures trop rapides et surtout des fermetures trop vives alors qu’on a atteint un débit important peuvent induire des coups de bélier sur le réseau d’eau -voire même chez le particulier- qui peuvent potentiellement engendrer un endommagement des conduites. De même, des montées en débit trop hautes et trop soutenues peuvent avoir un effet de modification du régime hydraulique du réseau de distribution d’eau, en venant parfois altérer la qualité de l’eau distribuée, ce qui peut alors provoquer chez les particuliers des phénomènes d’eau trouble ou au goût altéré.  Si l’eau distribuée n’en sera pas pour autant impropre à la consommation, le service à l’usager sera quant à lui dégradé.

Or, une dégradation de la qualité de l’eau peut être acceptable en cas de force majeure -défense incendie- il n’en est pas de même si cela fait suite à un mauvais usage ou une utilisation indue.

De l’intérêt de connecter les poteaux incendie

Connecter les poteaux incendie à l’aide de capteurs intelligents permet de traquer ces mauvais comportements, mais cela permet également d’offrir une multitude d’autres services aux gestionnaires des réseaux d’eau et, in fine, à la collectivité.

En premier lieu, cela permet de tracer les signatures d’utilisation du poteau en fonction des usages : le contrôle annuel du poteau, l’entraînement des pompiers, les interventions du service des eaux, les utilisateurs occasionnels autorisés … ou non identifiés, ce qui peut alerter sur une utilisation illicite.

Cela permet également de quantifier la durée et le degré d’ouverture du poteau. Une ouverture qui perdure bien au-delà d’un usage courant, peut signaler par exemple qu’un utilisateur a tout simplement oublié de refermer le poteau après usage, ce qui peut aller jusqu’à vider les réservoirs et mettre à sec la distribution d’eau potable sur tout un quartier.

Et puis cela va permettre aussi de suivre les comportements inappropriés et d’y remédier en éduquant les utilisateurs aux bonnes pratiques. La collectivité va alors pouvoir faire baisser son taux de renouvellement des conduites et donc pouvoir optimiser ses budgets. Des conduites moins agressées hydrauliquement sont à réparer ou à renouveler moins souvent.

Au-delà de cerner les usages, on va pouvoir quantifier les volumes d’eau sortants de façon plus précise, et ainsi, permettre aux exploitants d’améliorer le calcul du rendement de leur réseau d’eau.

Enfin, cela permet une meilleure prévention d’incidents sur le réseau ou même d’accidents sur le poteau lui-même.

Les bénéfices sont multiples. Pour l’exploitant du réseau, il peut ainsi avoir une meilleure maîtrise de son réseau, anticiper les interventions terrain, allonger la durée de vie de ses conduites et assurer la qualité de l’eau.

Pour la collectivité, cela permet de renforcer la qualité de la défense incendie en collaborant de façon plus précise avec les pompiers qui peuvent dès lors, avant une intervention, cartographier les emplacements des poteaux incendie et surtout s’assurer de leur bon fonctionnement, et donc gagner un temps précieux.

Enfin cela permet de détecter et de limiter les usages illicites qui peuvent coûter très cher à la collectivité.

 

A propos de l’auteur :
Après plus de 8 années passées à la R&D de Schlumberger Industries à concevoir des gammes de capteurs fabriqués en très grande série, il intègre la structure de Recherche de Veolia Environnement en 1996, où il met en place la politique de gestion des parcs de compteurs d’eau. Dès 1997 il initie un projet d’entreprise de Veolia Environnement, pour mettre au point le télérelevé des compteurs d’eau et  autres équipements utiles à la verticale de l’eau, prémices de l’IoT Environnemental et de la Smart City. Il a participé au lancement des 2 sociétés M2Ocity et Homerider Systems, aujourd’hui réunies sous une même entité, Birdz, où il œuvre pour que la complexité des problématiques « métier » se transforme en simplicité des solutions pour les exploitants, industriels et collectivités.

Les commentaires sont fermés.

Contactez-nous
8 avenue du Maine, 75015 Paris
Tél. : +33 1 53 63 27 27

Yucatan, créée il y a plus de 20 ans et dirigée par Evelyne Martin et Caroline Prince, est la première agence de relations médias spécialisée dans la valorisation de l’innovation dans les secteurs de la high-tech, du digital, de l’industrie, du bâtiment et des sciences. L’agence Yucatan participe au développement de la réputation de ses clients. Yucatan vous présente ici son Blog, que vous pouvez suivre en vous inscrivant à la newsletter.