Non, l’Intelligence Artificielle ne va pas supplanter l’espèce humaine !

L’Intelligence Artificielle n’a jamais occupé autant de place dans l’actualité. Entre les avancées technologiques ahurissantes, les vidéos des robots Boston Dynamics à l’anthropomorphisme toujours aussi fascinant et les questionnements que tous ces progrès soulèvent, la science a créé toutes les conditions d’une nouvelle révolution d’une ampleur digne de la révolution industrielle du 19e siècle.

Et pourtant, alors que l’IA progresse à grands pas et que la technologie fait désormais partie de nos quotidiens, les inquiétudes qu’elles engendrent ont à peine évolué depuis les années 80, où James Cameron imaginait l’Intelligence Artificielle supplanter l’espèce humaine dans Terminator – et c’est loin d’être le seul film à avoir évoqué cette possibilité, Matrix proposait la même idée de départ une douzaine d’années plus tard. Or, si la science-fiction a toujours eu pour fonction d’inventer des futurs dystopiques exacerbant les dysfonctionnements de notre présent, les scénarios catastrophes imaginant une IA décrétant soudain que l’espèce humaine lui est inférieure (voire qu’elle ne mérite plus d’exister) correspondent-ils à une quelconque réalité ? Ces craintes sont-elles légitimes ? La réponse est évidente : non, pas du tout – ouf ! (Même si ça a le mérite de faire de très bons scénarios de films à grand spectacle.)

Depuis la naissance de l’Intelligence Artificielle – que l’on peut dater grosso modo en 1943 -, jamais le secteur n’avait connu autant d’avancées significatives qu’au cours des 15 dernières années, grâce notamment aux travaux de Yann LeCun et d’Andrew Ng (photo ci-dessous), qui ont fait sauter tous les verrous des réseaux de neurones artificiels et permis, à terme, l’éclosion du deep learning. Puis l’émergence du Big Data et du Cloud Computing ont, entre autres, généré une profusion de données dont l’Intelligence Artificielle se nourrit pour continuer de progresser. À toute allure…

La réalité, c’est que le domaine de l’Intelligence Artificielle, s’il est aujourd’hui en pleine ébullition, est encore un vaste champ d’expériences qui ouvre la voie à d’innombrables possibilités, et à de multiples usages et applications, dont on peine encore à discerner les limites : industrie, santé, commerce, etc. À l’image des voitures autonomes, qui devraient se démocratiser au cours du 21e siècle, faciliter notre quotidien et réduire drastiquement le nombre de blessés sur les routes, l’IA n’a pas vocation à être utilisée à mauvais escient, bien au contraire.

L’IA, c’est aujourd’hui un immense champ des possibles et des promesses, et les évolutions spectaculaires enregistrées au cours des dernières années ne devraient pas s’interrompre de sitôt. C’est une révolution en marche, et s’il est légitime de s’interroger sur la portée de toutes les applications auxquelles nous destinerons l’Intelligence Artificielle, les craintes qu’elle inspire ne correspondent en rien à l’état actuel des progrès technologiques que l’on peut actuellement observer.

Source : Brennus Analytics | Photo d’Andrew Ng : Flickr | Vidéo : chaîne YouTube BostonDynamics 

 

Les commentaires sont fermés.

Contactez-nous
8 avenue du Maine, 75015 Paris
Tél. : +33 1 53 63 27 27

Yucatan, créée il y a plus de 20 ans et dirigée par Evelyne Martin et Caroline Prince, est la première agence de relations médias spécialisée dans la valorisation de l’innovation dans les secteurs de la high-tech, du digital, de l’industrie, du bâtiment et des sciences. L’agence Yucatan participe au développement de la réputation de ses clients. Yucatan vous présente ici son Blog, que vous pouvez suivre en vous inscrivant à la newsletter.