Vero : le nouveau réseau social dont tout le monde parle…

Difficile de passer à côté du phénomène : cette semaine, le petit monde du digital n’a que ce nom à la bouche. Vero. Le réseau social qui fait une percée fulgurante depuis quelques jours, alors qu’il a été lancé il y a deux ans par un homme d’affaire libanais… Accrochez-vous bien : Vero aurait enregistré une croissance de +600 000 utilisateurs en seulement 24 heures, selon l’un de ses créateurs.

L’application est désormais parmi les plus populaires sur l’App Store et sur le Play Store. Quelle est sa valeur ajoutée ? Simple : la formule promet la transparence totale. Aucune publicité, aucun tracking, aucun algorithme invisible pour faire le tri parmi les publications… Autrement dit : un réseaux social pur, un réseau social « vrai » (si vous n’avez pas pris LV2 Italien au collège, « vero« , ça veut dire « vrai », dans la langue maternelle d’Umberto Eco). Une promesse de clarté et d’authenticité qui n’est pas sans rappeler le discours de Qwant, « le moteur de rechercher qui respecte votre vie privée ».

Dans les faits, Vero n’apporte rien de neuf. Absolument rien. C’est une copie (pas désagréable à l’œil) de nombreux réseaux sociaux que l’on connaît déjà, avec des likes, des commentaires, etc. Et la promesse de transparence, d’autres réseaux sociaux y ont déjà pensé avant Vero, sans connaître le même succès. Et pourtant, si l’on en croit les chiffres qui sont communiqués un peu partout depuis le début de la semaine, la sauce est en train de prendre. Vraiment ?

Au-delà du coup marketing, on va se pencher un peu sur les détails de cette progression fulgurante. Déjà, la note de l’application ne culmine pas vraiment sur les sommets malgré les belles promesses de Vero : seulement 2 étoiles sur 5 sur l’App Store, et 2,5 étoiles sur 5 sur le Play Store. Mouais… Les nombreux commentaires négatifs concernant des problèmes fonctionnels bien compréhensibles quand on imagine le nombre de nouveaux inscrits sur l’application ces derniers jours : Vero n’était sûrement pas prêt à une telle affluence. Bon.

Autre élément : le fondateur de Vero, Ayman Hariri, est le fils de l’ancien Premier Ministre libanais Rafic Hariri. Et on ne peut pas dire qu’il soit « blanc comme neige », puisqu’il fut responsable de la société de BTP Saudi Oger, qui a fait faillite et qui doit toujours des millions de dollars à ses anciens employés.

Bref, entre les conditions d’utilisation pas tout à fait en accord avec les promesses de transparence édictées sur le papier (il s’avère que Vero se donne le droit de collecter de nombreuses informations sur ses utilisateurs, notamment sa position et ses données de connexion), le parcours sulfureux de son créateur et les premiers retours, Vero ne serait-il qu’un feu de paille ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez-nous
8 avenue du Maine, 75015 Paris
Tél. : +33 1 53 63 27 27

Yucatan, créée il y a plus de 20 ans et dirigée par Evelyne Martin et Caroline Prince, est la première agence de relations médias spécialisée dans la valorisation de l’innovation dans les secteurs de la high-tech, du digital, de l’industrie, du bâtiment et des sciences. L’agence Yucatan participe au développement de la réputation de ses clients. Yucatan vous présente ici son Blog, que vous pouvez suivre en vous inscrivant à la newsletter.