Top

Le Blog

Parole de dirigeants #2 : Les PME, moteur de l’économie

Chaque mois, retrouvez la prise de parole d’un dirigeant pour notre blog. Ce mois-ci, notre équipe est heureuse de mettre en avant Christophe Rollet, Directeur Général de Point S et Président de Yucatan.

Christophe Rollet,

Directeur Général de Point S et Président de Yucatan


Qui êtes-vous ?

Je suis Directeur Général de Point S, spécialiste mondial du pneu et de l’entretien auto, depuis 2001. Après plusieurs années passées au sein du groupe Carrefour, j’ai rejoint le secteur automobile au début des années 1990 et évolué au sein de plusieurs réseaux, jusqu’à Point S.

Aujourd’hui, Point S regroupe 550 points de vente en France, et 4200 points de ventes répartis dans 36 pays dans le monde. Notre particularité : chaque point de vente est indépendant et dirigé par un chef d’entreprise.

L’entreprise Point S, y compris ses filiales emploie à ce jour 82 personnes, dont 48 en France. Nous sommes donc ce que l’on appelle une PME, composée, via notre réseau, d’une multitude de PME partout dans le monde.

Par ailleurs, je suis également Vice-président et trésorier du Syndicat des Professionnels du Pneu.

Enfin, et suite à la co-acquisition de l’entreprise par Point S et la Franco American Image, je suis également Président de Yucatan.

Quelle est, selon vous, la place des PME dans l’économie ?

De mon point de vue, les PME sont des acteurs indispensables de tout marché, dont elles sont souvent à l’origine des mouvements de fond et du dynamisme. Les grandes entreprises en effet, du fait de leur croissance organique bien sûr mais aussi et surtout de leur croissance externe par acquisitions successives, atteignent de telles tailles que leur prédominance peut aller jusqu’à frôler le monopole.

Une situation qui est généralement contraire aux intérêts des clients, chacun d’entre eux ne représentant qu’une part infime du chiffre d’affaires. Et potentiellement entraîner une faible flexibilité prix ou une qualité de service pouvant manquer d’engagement.

Pour l’entreprise elle-même, une taille trop importante peut aussi être handicapante par l’inertie qu’elle produit, et le manque de dynamisme, de mobilité et donc d’innovation qui en découle. A contrario des PME qui peuvent compter sur leur taille réduite pour repérer et s’adapter plus vite aux changements de leur marché.

De leur côté, les salariés d’une PME bénéficient de relations privilégiées avec l’ensemble des équipes et disposent d’une meilleure compréhension de la stratégie de l’entreprise, comme c’est le cas au sein du groupe Point S. En particulier à l’aune de process moins contraignants que dans les grands groupes (réunions, procédures, normes, social, certifications, etc.), d’une meilleure maniabilité et d’une plus forte implication

Enfin, la proximité, qui fait partie de l’ADN des PME, est l’un de leurs atouts essentiels, qui leur permet de partager avec leurs clients un territoire et des valeurs communes, rendant leurs offres de produits et de services mieux adaptées et donc plus pertinentes, comme c’est le cas des membres du réseau Point S.

Une proximité géographique également salutaire dans un contexte économique où la logistique est au cœur des services et la personnalisation de plus en plus réclamée par les clients.

Comment concevez-vous la communication d’une PME ?

Comme toute entreprise, le premier point en matière de communication, ce sont les valeurs de l’entreprise à communiquer et la capacité d’un dirigeant à les incarner.

Dans notre métier, l’un des facteurs de communication le plus important, c’est le maillage territorial. Car rien ne sert de communiquer si un automobiliste ou un professionnel ne peut pas avoir accès à un point de vente près de chez lui !

Dans tous les cas, l’important est de mixer les supports : il n’est pas de vérité unique en matière de communication, il faut tester et trouver les bons supports, correspondant à son marché, à ses cibles, à son territoire. Tester, faire évoluer et choisir les meilleurs canaux et les bons messages selon ces critères.

Et surtout ne pas négliger la publicité traditionnelle, comme l’affichage en points de vente. C’est l’un des choix fondamentaux de Point S qui, à l’inverse de la majorité des enseignes de notre secteur, a fait le choix de ne pas proposer de vente en ligne : nous considérons que la vente et la pose de pneus et plus globalement l’entretien automobile sont un métier de proximité, de confiance et de relationnel, ce qui ne cadre pas, selon nous, avec le commerce électronique.